Emma Benji

Des états d'âme... et des sourires

23 septembre 2013

impuissante et triste

Nous sommes entourés par des personnes qui ont combattu par le passé pour des valeurs nobles: contre la dictature, pour les droits de l'homme, pour la liberté d'expression...
Le plus dur pour ces personnes est de garder une ligne droite et de ne pas profiter des opportunités pour des objectifs purement personnels (enrichissement, notoriété personnelle, avoir des postes, accorder des avantages aux proches, ...)
Il se trouve cependant que beaucoup de ceux qui nous gouvernement se laissent submerger. #Marzouki veut garder son poste et ses avantages, des ministres qui ne déclarent pas leurs revenus et profitent des "largesses" de leurs postes,...
La transition bloque à mon sens car ce fléau touche également la société civile et quelques activistes... Le problème c'est qu'en général personne ne le réalise quand il s'agit de sa petite personne. Du coup on se retrouve avec ceux qui passent plus de temps à chercher la lumière, d'autres sont à l'instar d'une personnalité publique qui ne cherche que les fonds et aimerait se les garder, d'autres qui se croient stars et commencent à se les peter plus haut que leurs culs,... et puis tous ces petits dépassement de gestion financière qui ne sont pas apparents car à très petite échelle.
Du moment où la personne devient plus importante que le poste/la cause, du moment où tout tourne autour de la personne et des proches,...ça veut dire qu'il y a un hic..et je ne vois que des hics
C'est comme quand une personne critique ceux qui ne respectent pas le code de la route et trouve normal de bruler un feu, ou tous ces gens qui critiquent les dépassement financiers et trouvent normal de ne pas payer les impôts, et râlent à propos de la saleté et jettent en parallèle les poubelles n'importe où.
Bref, à cet instant précis je me sens désespérée et ne vois pas le bout de tunnel.
Sur qui compter? comment sortir de l'impasse? comment faire évoluer ce pays quand en général tout le monde profite?
Le tableau n'est bien entendu pas noir, y a ceux qui triment pour ce pays sans attendre rien en retour. Pour ma part j'estime que ces derniers temps je ne fais partie ni des premiers ni des seconds. J'écris, je commente, j'essaye de pousser certains et j'observe impuissante et triste...

Posté par EmmaBenji à 06:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Commentaires

Poster un commentaire