Emma Benji

Des états d'âme... et des sourires

26 mars 2012

Les policiers, incapables face aux salafistes?

539634_357680574274999_132831630093229_972798_2105192627_nLes artistes avaient organisé le dimanche une petite manifestation pour célébrer la journée mondiale du théâtre. Cette manifestation a été autorisée bien à l’avance par le ministère de l’intérieur et devait se dérouler devant le théâtre municipal.

Pas loin, les salafistes organisaient une manifestation pour la chariaa…

551199_357680470941676_132831630093229_972797_1924249743_nAprès avoir escaladé la fameuse horloge et fait leur prière dans la rue, ses derniers se sont déplacés vers le théâtre pour attaquer les artistes et essayé de les chasser. Les policiers ont au départ créé un cordon de sécurité pour séparer les deux, mais vu que les salafistes étaient de  plus en plus nombreux et ne renonçaient pas à attaquer les artistes, les policiers ont demandé aux artistes de quitter les lieux et de se réfugier au théâtre.

Et c’est les larmes aux yeux que les artistes ont obéi et sont partis.

Ma question est la suivante Pourquoi et comment est ce que les policiers ne peuvent ils pas obliger les salafistes a respecter la loi ?

Certains présents sur place ont expliqué que les policiers leur ont conseillé de ne pas sortir par peur qu’ils ne soient pris pour cibles par les salafistes. Ces délinquants ont même essayé de pénétrer l’enceinte du théâtre en poussant les portes.

 

Dali Nahdi avaient d’ailleurs témoigné en direct sur les ondes de Mosaïque Fm

On sait tous que les policiers n’agissent jamais sans directives et donc JUSQU'A QUAND LE GOUVERNEMENT D’ENNAHDHA CONTEINUERA-IL A PROTEGER LES SALAFISTES ?

Le témoignage de Nidhal Guiga artiste, est aussi assez poignant. Je le partage avec vous tel que je l’ai trouvé sur Facebook.

526381_10150691352814000_806023999_9204623_975062836_n«C'était la journée noire du théâtre tunisien. On n'était pas nombreux à vouloir rendre hommage au théâtre, professionnels, amateurs et professeurs de théâtre. Dans la matinée, nous avons reçu des jets de pierres, de bouteilles, de flacons de 3itr, d'oeufs, d'arrache clous, de porte clés, de chaussures, d'insultes et de crachats. Puis l'une des comédiennes a reçu une pierre sur l'épaule, elle est tombée et a été évacuée dans les coulisses. Plus tard, ils ont commencé à s'approcher, de plus en plus nombreux, par milliers, en criant et en nous traitant de mécréants. Plusieurs altercations ont eu lieu entre eux et les passants qui voulaient suivre le spectacle de rue. Les slogans sont très vite devenus plus "politisés" et nous revoilà dans la bipolarisation. Nous n'avons répondu que par l'hymne national en boucle. C'était très émouvant. puis, une grande bousculade a eu lieu. je ne me souviens plus que de deux hommes qui me protégeaient des jets d'oeufs et de pierres. l'un tenait ma tête baissée, l'autre nous poussait loin, il a reçu un oeuf en pleine figure. je me suis retournée et j'ai vu quelqu'un tomber par terre, une petite foule se former autour de lui, puis une autre personne tomber et une autre petite foule, puis des barbes, des bras et des coups puis des gens courir. on était sur les marches du théâtre. encore une grande bousculade et une comédienne a reçu une gifle. nous avons essayé de résister mais ils ont couru après nous, il fallait protéger les plus jeunes. quelqu'un a dit: vers la porte arrière du théâtre, vite! et course, bousculade auprès de la porte, cris parmi nous et cris derrière, ils étaient à quelques mètres et des takbir les précédaient. Les garçons ont pu fermer la porte du théâtre. ils sont restés dehors. ils voulaient casser la porte arrière et même la porte principale. on entendait les bruits, on était sur scène. On se regardait. et puis on attendait le pire... »

Les salafistes représentent définitivement un danger pour le pays et ses citoyens. On ne sent plus en sécurité dans notre pays.

Ces Salafistes ont déjà attaqué la maison du directeur d’une chaine TV, agressé des journalistes physiquement et verbalement, là ils s’attaquent à des artistes…jusqu'à quand vont-ils bénéficier de cette impunité ???

Remarque: Le ministère de la culture a dénoncé les actes de violences contre les artistes, et le ministère de l'intérieur a essayé de s'expliquer dans un communiqué qui a suscité une forte indignation des artistes qui ont réagi par un communiqué

Plusieurs questions se posent sur la position des policiers, comme sur cette déclaration de Moez Mrabet a Nesma TV. Pour ma part je pense que les agents n'ont simplement pas reçu d'ordres. 

Posté par EmmaBenji à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Commentaires

Poster un commentaire