Emma Benji

Des états d'âme... et des sourires

08 août 2011

Les contradictions de Grira

BN2492Ridha_Grira0311Plusieurs mois après et on est encore là à se poser des questions sur la révolution tunisienne. Le plus marquant c’est que les versions des personnes impliquées diffèrent l’une de l’autre.

En  tant que citoyenne j’ai le droit de savoir comment s’est faite cette révolution, qui y a participé, qui a joué quel rôle, etc.

Je sais que beaucoup pensent qu’l ne faut pas se casser la tête et se concentrer sur les élections ou sur ce que beaucoup appelle «contre-révolution».

Pour ma part je pense qu’on est assez nombreux et que chacun de nous jouera un rôle en parlant du sujet qui lui semble important… Et puis rien n’empêche d’être actif et d’aider tout en réfléchissant sur ce qu’on appela révolution.

J’écris cela parce qu’au fur et à mesure des recherches on se rend compte que c’était bien préparé par pas mal de têtes pensantes qui pour une fois ont uni leur force, de manière volontaire ou pas, pour faire tomber un régime.

En effet, de nouvelles recherches ont révélé qu’il y aurait eu un «clan» du ministère de l’intérieur qui avait soutenu à sa manière cette révolution. Des témoignages révèlent même qu’il y a eu une sorte de scission au sein du RCD et que certains voulaient de cette révolution et ont même aidé.

Je m’attarderai sur tout ca dans un autre post, pour le moment je vais me focaliser sur Ridha Grira. Il semblerait qu’une confrontation entre ce dernier et Seriati pourrait élucider pas mal de questions.

Ne pouvant faire cela, je vais retranscrire un document qui m’a été communiqué par une personne très impliquée par l’affaire et qui a mis en avant les contradictions entre les différentes versions de l’ancien ministre de la défense.

Voici donc le texte qui m’a été communique en avril

 

« La version des faits parue sur Tunis Hebdo le 07/03/11

Il ressort de l’article paru au dit journal, que ce dernier a ordonné l’arrestation de Mr.Seriati parce qu’il projetait d’assassiner trois généraux de l’armée.

Cette version des faits n’a pas été démentie ni contredite à ce jour par Mr.Grira

 

La version au journal Al-chourouk du 8 et 9 mars 2011

Il ressort de cet article que Mr.Grira a ordonné l’arrestation de Seriati afin d’éviter au pays un bain de sang car la garde présidentielle et l’armée a été sur le point de s’entretuer après le départ de Ben Ali

 

La version dévoilée à Radio Mosaïque le 8 mars 2011

Au cours de l’interview Mr.Grira a révélé de simples présomptions qui permettent de penser (selon ses propos) que Mr.Seriati projetait de réaliser un coup d’état après le départ de l’ancien président.

 

Commentaires

- N’est-il pas plus logique de conclure que c’est la garde présidentielle qui a épargné le pays d’un bain de sang en convoquant, après le départ de l’ancien président, Ghannouchi, Kallel et Mebazaa pour lire la déclaration de vacance de poste

- Mr.Grira n’avait-il pas les moyens logistiques et le pouvoir après 5 minutes du départ de Ben Ali de le faire revenir pour éviter le coup d’état ?

- Faut-il rappeler qu’un coup d’état nécessite au préalable et obligatoirement le soutien de l’armée, une logistique, un plan bien préparé à l’avance et surtout avoir le soutien et la complicité de ses proches. Personne de la garde présidentielle n’était au courant du projet d’un coup d’état. Seriati ne peut à lui seul réaliser un coup d’état. Il s’agit d’une pure affabulation surtout que le nombre de la garde présidentielle est de 2500 et non 5000 personnes.

- Est-il possible de penser que quelqu’un qui préparait un coup d’état demande à la garde nationale et la police de stocker leurs armes dans les casernes de l’armée ?

- N’était-il pas plus facile de faire le coup d’état au palais de Carthage quand le président était effondré ?

 

Espérons que les archives du ministère de l’intérieur, de la défense, de la sécurité présidentielle, de la garde nationale et les écoutes téléphoniques enregistrées depuis décembre 2010 jusqu'à nos jours ne sont nu détruits, ni disparus, ni maquillés »

 

Voilà le texte.

 Pour ma part je pense  qu’il était impossible du temps de Ben Ali pour un ministre de prendre une décision aussi importante (arrêter Seriati) sans l’avoir consulté.

Par ailleurs j’ai du mal à imaginer un homme conspirant contre l’état, prendre son temps à attendre sereinement et tout seul la fille de Ben Ali(après son départ) pour la faire évacuer. Ce que j'ai par ailleurs du mal à digérer, c'est que le ministère de la défense n'ait pas communiqué tout de suite sur l'arrestation de Seriati alors que tous les médias parlaient de ce dernier et racontaient qu'il organisait ses "troupes" en milices qui tiraient sur les citoyens. Pourquoi ne pas nous avoir dit la vérité dès le début???

Certains disent que Seriati n’était pas un enfant de cœur…OK, qu’on le condamne pour ses faits pendant l’exercice de son travail et non de complot contre la sécurité de l’état et qu’on nous dise enfin la vérité. Mais ma conclusion pour le moment est que Seriati représentait le bouc émissaire parfait...

 

 Ceci étant, aujourd’hui aura lieu pour la première fois une conférence de presse avec Samir Tarhouni, le chef de la Brigade Anti Terroriste qui nous en dira peut être un peu plus sur ce fameux jours.

A suivre…

 

Posté par EmmaBenji à 10:26 - Commentaires [5] - Permalien [#]



Commentaires

    oui

    eh oui c ce que je pense moi aussi , ce changement ne pouvais jamais aboutir sans l'aide d'un clan qui avait le pouvoir de faire changer les choses ... a l'intérieur et a RCD .

    Ramadan dernier a Benguerdan n'etai ps normal

    Bcp au sein de RCD se plaignait de la perte de leur " Imtiyezettes " au profit des 25 % de partis dites decors democratique

    Bcp haissait les trabelsiayas a en mourir

    Bcp se preparait deja a soutenir Sakhr materi et commençait a tenir un discours islamiste .

    bon je peu pas tou dire surtou dans un comment Chez ma pire ennemi bloguespherique mais ton post m'a touché ..

    BYE .

    Posté par Hmida Ben Jemaa, 08 août 2011 à 11:39
  • bonne analyse

    En effet ,bq de zones d'ombre et bq d'incohérence dans ce qui a été raconté jusqu'ici . Je trouve que ton analyse est correcte et je pense comme toi que Seriati n'avait pas l'idée de prendre le pouvoir , à moins qu'il soit débile (ce que je ne pense pas ) pour se comporter comme il l'a fait et perdre son temps à attendre l'avion pour la fille de ZABA et même accompagner lui même ZABA .
    J'espère qu'on finira par connaitre la vérité car c'est très grave de juger quelqu'un pour haute trahison s'il n'y est pour rien. Je pense aussi qu'il ne sera pas difficile de lui trouver des choses ,vu le poste qu'il occupait et les personnes qu'il cotoyait .Il faut tout simplement appliquer loi de la même manière pour tout le monde et se limiter aux actes réellement commis .

    Posté par bysou, 08 août 2011 à 16:01
  • Article aberrant

    Mr. Ridha GRIRA n'a jamais fait d'interview pour le journal Tnuis HEBDO.

    A Mosaïque comme à el Chourouk, il a dit qu'il a arrêté Ali Sériati car "la garde présidentielle et l’armée étaient sur le point de s’entretuer après le départ de Ben Ali".

    Donc cessez de répéter SVP ce que le fis d'Ali Sériati n'arrête pas de raconter.

    Posté par Pierre, 18 août 2011 à 16:18
  • grira le menteur

    merci emma j'ai lu les trois articles c'est vraiment la honte de la part d'un ex ministre de mentir au peuple tunisien

    Posté par simss, 21 août 2011 à 00:58
  • pierre dodo

    @pierre: vous dormez ou quoi? tt est enregistré, fait une petite recherche et tu trouveras les pages des articles et l enregistrement audio de mosaic?, cette article est légitime et je partage tt ces analyses.

    Posté par sti, 21 août 2011 à 01:50

Poster un commentaire